Aperçu des carrières dans les banques centrales avec M. Gómez-Pineda

Banque centrale

Aperçu des carrières dans les banques centrales avec M. Gómez-Pineda

Read a summary or generate practice questions using the INOMICS AI tool

Javier G. Gómez-Pineda, notre invité pour l'interview du Manuel INOMICS 2023, a gracieusement accepté de revenir pour une deuxième interview. Cette fois-ci, l'équipe INOMICS a préparé quelques questions relatives à la carrière du banquier central. Le Dr. Gómez-Pineda partage ses réponses avec vous, nos lecteurs, ainsi que sa connaissance de la banque centrale et des carrières d'économiste en général.

Il donne notamment des conseils sur les compétences que les aspirants économistes devraient acquérir, les différences entre les chercheurs et les économistes politiques, les sujets sur lesquels les futurs banquiers centraux devraient se concentrer au cours de leurs études, et bien plus encore. Tout étudiant sérieux en économie – comme de nombreux économistes curieux - bénéficiera des conseils de M. Gómez-Pineda.

Javier G. Gómez Pineda est économiste principal (Investigador Principal) à la Banco de la República (la banque centrale de Colombie). Il enseigne également l'économie monétaire à l'Universidad del Rosario à Bogota. Ses recherches portent sur l'économie monétaire et l'économie internationale ; il est l'auteur de l’ouvrage Dinero, banca y mercados emergentes, los países emergentes en la economía global, 2010, Ed. Alfaomega ; et il est titulaire d'un doctorat en économie de l'Université de Chicago.

Vous êtes économiste et vous travaillez déjà sur le terrain ? Comme le Dr. Gómez-Pineda, vous avez la possibilité de contribuer à l'étude du marché de l'emploi des économistes menée par INOMICS. Il vous suffit de répondre à notre enquête anonyme sur les salaires, d'une durée de 3 à 5 minutes, et de nous aider à étudier l'état du marché de l'emploi dans le secteur de l'économie en 2023.

Sans plus attendre, lisez l'interview !

Sean McClung : comment êtes-vous devenu économiste - cela a-t-il toujours été votre projet ?

Javier G. Gómez-Pineda : le choix d'une carrière peut être délicat. Au début, je n'étais pas très sûr de mon choix de carrière, j'ai envisagé deux alternatives, mais j'ai finalement décidé d'étudier l'économie. Je pense que ce qui m'a poussée à faire ce choix, c'est peut-être l'idée que ce qui est important dans le choix d'une carrière, ce n'est pas la façon dont vous gagnez un revenu, mais la façon dont vous passerez le reste de votre vie en contribuant et en servant les autres. Plus tard, on découvre que pour servir les autres, il faut savoir être utile, bien maîtriser son domaine, ses techniques et son travail.

À la fin de mes études de premier cycle, j'ai travaillé comme assistant de recherche pour le professeur Lauchlin Currie. C'est lui qui m'a encouragé : "Si vous voulez devenir un bon économiste, vous devez étudier à l'étranger". À l'époque, il n'y avait pas de programmes d'études supérieures en Colombie, mais il existait des bourses pour des études supérieures à l'étranger, à condition qu'elles soient effectuées dans une université de premier plan. Ces bourses de la Banque centrale ont été nommées en l'honneur du professeur Lauchlin Currie.

Ma principale difficulté était la langue anglaise ; pas tant la lecture, car je l’avais étudiée en anglais dans mes études de premier cycle, mais plutôt l'écoute et l'écriture. J'ai donc travaillé l'anglais avant de m'inscrire dans une école supérieure. J'ai étudié l'anglais américain dans un institut et appris quelques notions de grammaire. Parallèlement, j'ai étudié l'anglais britannique dans un autre institut et assimilé quelques techniques de conversation. J'ai également voyagé aux États-Unis pendant une courte période pour étudier l'anglais et enrichir un peu mon vocabulaire.

Finalement, j'ai réussi l'examen d'anglais et obtenu une place dans un programme d'études supérieures. J'ai quand même eu des difficultés de compréhension orale au début de ma première année d'études supérieures. Au milieu de la première année, ce n'était pas la langue qui posait problème, mais les mathématiques. J'ai surmonté la "peur des maths" en mettant davantage l'accent sur l'intuition économique. Je pense qu'au cours de ce processus, j'ai réussi à apprendre un peu d'anglais, à surmonter la peur des maths et à étudier à l'étranger, mais je m'efforce toujours de devenir un meilleur économiste et d'écrire davantage en anglais.

SM : quelle est la partie de votre formation qui, selon vous, est la plus utile à votre travail actuel ?

JGP : je pense que mon travail de thèse au cours de mes études supérieures a joué un rôle important, en raison de ma thèse empirique. C'est ce travail qui m'a amené à effectuer des régressions. Depuis lors, j'ai effectué davantage de travaux empiriques que de travaux théoriques.

Je considère précieuse une autre partie de la formation, à savoir les ensembles de problèmes macroéconomiques. Dans un ou deux d'entre eux, j'ai dû apprendre à exécuter des modèles macroéconomiques sur ordinateur et à me familiariser avec certains progiciels. Bien sûr, la partie la plus riche de la formation a été les cours eux-mêmes, en particulier en macroéconomie, en économie internationale et en économétrie.

Cependant, la formation ne s'arrête pas avec l'obtention du diplôme. La théorie évolue, de meilleures techniques deviennent disponibles, de nouveaux logiciels sont développés. En tant qu'économistes chercheurs, notre travail consiste à contribuer à ces développements, et nous devons donc continuer à nous former en lisant au moins les auteurs les plus pertinents dans notre domaine et en assistant à des conférences. En tant qu'économistes politiques, notre tâche consiste à intégrer ces développements dans notre analyse afin que notre travail soit basé sur les méthodes les plus appropriées.

SM : en quoi votre quotidien en tant que banquier central a-t-il été différent de ce à quoi vous vous attendiez (si tant est qu'il l'ait été) ?

JGP : je m'attendais à ce que mon travail consiste à effectuer des régressions, comme je l'avais fait dans ma thèse, et cela s'est avéré exact. En revanche, je ne m'attendais pas à ce que mon travail implique des modèles DSGE, le filtrage de Kalman et l'estimation bayésienne, que j'avais appris à l'université, mais cela s'est avéré faire partie de mon travail.

SM : quelle est la ou les parties les plus gratifiantes de votre travail ?

JGP : la contribution d'un économiste est parfois moins tangible que celle d'autres professions. Contrairement aux économistes, un médecin peut avoir un impact important sur la vie d'une personne de manière très concrète, et la profession médicale peut contribuer à la santé de la population d'un pays ou même du monde. Je pense que le travail d'un macroéconomiste devrait avoir un faible impact sur le pays, tandis que la profession d'économiste devrait avoir un impact sur le bien-être économique des habitants du pays.

Pour moi, la partie la plus gratifiante de mon travail a été de voir que le modèle d'inflation est utilisé par la Banque centrale comme un élément de la décision de politique de taux d'intérêt, de savoir que notre rapport de politique monétaire est apprécié par le comité de fixation des taux d'intérêt, et de voir que nos documents de travail sont utilisés comme point de référence pour comprendre la politique monétaire et macroprudentielle en Colombie. En fin de compte, nous espérons que ce travail aura un certain impact dans le pays.

Il est également gratifiant de pouvoir partager ces connaissances avec les étudiants de l'université.

SM : d'après votre expérience, quel est, selon vous, le meilleur type d'expérience pour les candidats à un poste dans une banque centrale ?

JGP : une condition suffisante, de mon point de vue, est un intérêt marqué et une vocation pour l'économie monétaire ou la macroéconomie. Une thèse en économie monétaire ou en économie internationale est un signe clair de cet intérêt. Au-delà de la thèse, un document de travail ou un article en économie monétaire est également un bon signal.

D'autres compétences sont les bienvenues, mais elles ne sont pas strictement nécessaires, car elles peuvent être acquises sur le tas. Il s'agit notamment d'une bonne connaissance de logiciels tels que R, Python et Matlab et d'une bonne maîtrise de la langue anglaise.

SM : quels autres conseils, astuces ou idées avez-vous à donner aux jeunes économistes qui s'intéressent à la politique monétaire ou à la banque centrale ?

JGP : mon conseil serait le suivant : lisez la littérature et prenez l'habitude de lire les articles. En outre, gardez à l'esprit que vous récolterez ce que vous aurez semé, alors lisez la littérature et familiarisez-vous avec les progiciels utilisés pour construire vos estimations et vos modèles ; acquérez ces compétences.

Enfin, pour ceux dont l'anglais n'est pas la langue maternelle, il est important d'apprendre à rédiger des articles. Il existe plusieurs livres et articles sur ce sujet. Un point de départ est McClosky (2000) et aussi Banco Central de Chile (2017). C'est une bonne idée de parcourir cette littérature et d'essayer d'apprendre à rédiger des documents. Si possible, faites-vous aider par un rédacteur anglais de votre établissement ou approfondissez de votre côté.

SM : qu'est-ce qui, selon vous, devrait être partagé au sujet de votre parcours professionnel ou de votre fonction actuelle ?

JGP : les banques centrales sont confrontées à des problèmes communs à l'ensemble de la communauté des banques centrales. Essayez donc de faire en sorte que vos recherches soient pertinentes non seulement pour votre banque centrale, mais aussi, si possible, pour la communauté des banques centrales ; si possible, adoptez une approche globale. Enfin, la recherche en groupe est meilleure que la recherche individuelle. Il est donc important de travailler en groupe et de rédiger des documents avec d'autres personnes.

Références

Banco Central de Chile, “Guía de Estilo en Inglés” (Accessed Sep. 19, 2023), 2017.
Goodfriend, Marvin, and King Robert. “The new neoclassical synthesis and the role of monetary policy.” NBER Macroeconomics Annual 12 (1997): 231-283.
McClosly, Deidre, Economical Writing, 2nd Ed. Waveland Press Inc, 2000.
Woodford, Michael. “Convergence in macroeconomics: Elements of the new synthesis.” American Economic Journal: Macroeconomics 1, nº 1 (2009): 267-279.

Header image credit: Dr. Javier G. Gómez-Pineda.

  • Check out the online courses on INOMICS Academy!
  • 365 Data Science - Start Learning Data Science

INOMICS AI Tools

The INOMICS AI can generate an article summary or practice questions related to the content of this article.
Try it now!

An error occured

Please try again later.

3 Practical questions, generated by our AI model