Qu'est-ce que l'économie de l'offre ?

Qu'est-ce que l'économie de l'offre ?

Depuis sa conception dans les années 1970, le débat sur ses mérites - ou ses torts  - a été au cœur du discours politique, distinguant les républicains des démocrates, les loyalistes conservateurs des partisans travaillistes et façonnant non seulement une perspective économique, mais aussi une vision du monde. 

Sa caractéristique principale réside dans l'hypothèse selon laquelle la production, plutôt que la demande, est le principal facteur de création et de maintien de la croissance économique. À cette fin, ses partisans préconisent la réduction des impôts et la suppression de la réglementation. Selon eux, moins d'impôts signifie plus de profits pour les entreprises qui, libérées de la bureaucratie et poussées par leur propre intérêt, peuvent réinvestir leurs gains croissants, générant ainsi une plus grande offre de biens et d'emplois. C'est ainsi que l'économie croît - les réductions d'impôts s'autofinancent.

La redistribution de la richesse par ce moyen, en créant des circonstances avantageuses pour les entreprises et en permettant aux populations les plus riches de s’enrichir davantage pour réinvestir cet argent dans l’économie (de l’anglais, “trickle down economics” traduit en “théorie du ruissellement” en français), est considérée comme méritocratique, garantissant une équité et une efficacité que l'intervention de l'État ne peut tout simplement pas égaler. Cette conviction la place en opposition directe avec le keynésianisme qui, anticipant les fluctuations de la demande globale et les inefficacités de l'économie de marché, prescrit un gouvernement actif qui intervient dans l'activité économique en utilisant des stimuli fiscaux et monétaires pour aider à gérer les moments d'instabilité.

La Reaganomie et l'émergence de l'économie de l'offre

Servant de modèle économique standard à partir de la Grande Dépression, l'étoile du keynésianisme a commencé à pâlir dans les années 1970, alors qu'il peinait à enrayer la baisse de la croissance et la hausse de l'inflation - connue sous le nom de stagflation - qui frappaient de nombreuses économies avancées. Sentant l'opportunité qui s'offrait à eux, les néolibéraux sont entrés en scène, proposant les principes de l'offre comme antidote. Cette nouvelle théorie est devenue le fondement de la "Reaganomie" - la politique économique menée par le premier président américain célèbre - et depuis lors, elle est restée très populaire, bien qu'elle soit entourée de controverses. Comme l'a décrit le journaliste Bill Flax, "la notion selon laquelle les réductions d'impôts augmentent les recettes fiscales a fait le tour du monde et a finalement été testée dans des endroits auparavant inimaginables comme l'Euroland, la Russie, l'Inde et la Chine".

Ses fondements théoriques et son autorité apparente découlent de la tristement célèbre "courbe de Laffer", un graphique attribué à l'économiste conservateur et malicieux Arthur Laffer. La légende de Laffer commence en 1974, lors d'une réunion en fin d'après-midi au restaurant Two Continents à Washington. Convoqué par les conseillers principaux du gouvernement Donald Rumsfeld et Dick Cheney, il protestait contre la proposition du président Ford d'augmenter les impôts afin d'endiguer la spirale du déficit. C'est là, sous le regard attentif de ces deux piliers républicains, qu'il a (prétendument) esquissé pour la première fois sa vision économique, littéralement, sur une serviette de table. En quelques coups de crayon sur une serviette froissée et tachée de café, sa courbe a pris vie et les complexités du système fiscal ont été distillées dans un petit graphique. Malgré son inévitable imprécision - le contexte ne se prêtait pas à l'élaboration de théories mathématiques - son entreprise était aclamée, par Cheney en particulier, qui s’y converti rapidement. Et avec leur aval, les propositions de Ford furent inversées et la théorie fut assimilée à la machine à élaborer les politiques du parti républicain. À l'époque de Reagan, elle était devenue son orthodoxie économique.

Supply-side economics

Cette courbe prétend tracer la relation entre les niveaux d'imposition et les recettes publiques. À une extrémité, où le taux d'imposition est de 0 %, les recettes sont nulles. Rien de surprenant à cela. À l'autre extrémité, où le taux d'imposition est de 100 %, les recettes sont également nulles - car on suppose que les gens ne travaillent pas sans salaire net. L'élément intéressant est le U inversé au milieu. Quelque part sur le continuum, Laffer soutient l'existence d'un "point de basculement", où l'incitation à travailler et à investir diminue rapidement lorsque les taux d'imposition franchissent ce seuil. Expliquant son modèle déjà assez simple, Laffer déclarait : "Taxez quelque chose, et vous obtenez moins. Taxez moins quelque chose, et vous obtenez plus".

En tant qu'outil réel, la courbe est plus théorique que pratique. Son affirmation sur le point de basculement n'est pas spécifique, une imprécision qui a été l'une de ses plus grandes forces. Dans les mains d'un gouvernement désireux de réduire les impôts, le point de basculement peut facilement être ajusté pour "justifier" les réductions et prouver que toute perte de recettes fiscales sera compensée par une augmentation de la croissance. Les grandes entreprises ont immédiatement été séduites par l'idée, sentant à quel point elles pouvaient bénéficier de la "polyvalence" de la courbe. Le désir de rester loyal à la pensée républicaine, en revanche, est plus difficile à comprendre, car il persiste, comme c'est le cas, face à des preuves croissantes de l'inefficacité de la courbe. Qu'il s'agisse d'une véritable croyance en son efficacité ou d'une couverture intellectuelle cynique pour des intérêts particuliers, sa motivation est difficile à discerner.

Des échecs répétés

En effet, les preuves de ses échecs sont indéniables : les réductions d'impôts américaines de ces 40 dernières années ne se sont pas autofinancées comme promis, et un regard rapide sur les événements récents raconte sa propre histoire. Les réductions d'impôts de Reagan, aussi profondes qu'elles aient été, ont fait gonfler la dette nationale et, bien que l'économie ait connu un boom au milieu des années 80 alors qu'elle se remettait de la récession, il n'y a eu que peu ou pas d'amélioration économique durable pour la plupart des Américains. Au contraire, la richesse s'est concentrée au sommet et les inégalités ont augmenté. À la fin de son mandat, et après presque une décennie de sa politique économique, les revenus de la classe moyenne étaient les mêmes que dix ans auparavant ; les taux de pauvreté avaient en fait augmenté ; et il n'y avait pas eu de croissance marquée de la productivité.

George W. Bush a commencé sa présidence de manière similaire en introduisant de fortes réductions d'impôts pour les riches, promettant que tous en bénéficieraient, que la richesse retomberait. Cependant, au lieu de ruisseler vers le bas, les dividendes ont été versés vers le haut et, en 2005, les 1 % les plus riches avaient vu le revenu de leur ménage après impôt augmenter de 80 % par rapport à 1979, soit une augmentation dix fois plus rapide que celle des 25 % les plus pauvres. Lorsqu'il a quitté ses fonctions, quelque quatre ans plus tard, les salaires étaient loin de suivre l'inflation, le niveau de vie stagnait et la croissance de l'emploi chutait rapidement - un contraste profond avec les années fastes de Clinton. L'optimisme des années 90 était bel et bien mort.

Le vieux singe qui continue à faire des grimaces

L'administration d'Obama a fait quelques modestes tentatives pour mieux équilibrer la charge fiscale et les estimations suggèrent que les 1% les plus riches ont payé plus d'impôts en 2013 qu'en 1980. Mais cela n'a pas duré. Tous les progrès réalisés ont été rapidement annulés lorsqu'en 2017, Trump a mis en place des réductions d'impôts à l'échelle nationale dont le coût était estimé à 6,2 milliards de dollars en seulement 10 ans. Selon l'économiste Paul Krugman, ces mesures comprenaient "une réduction des taux d'imposition individuels les plus élevés, une réduction de l'impôt sur les sociétés et la fin de l'impôt sur les successions". Il est convaincu que toutes ces mesures "profiteront essentiellement aux riches, principalement aux 1 % les plus riches". Ces réductions ont également augmenté la dette nationale plus que tout autre projet de loi fiscale américain au cours des trois dernières décennies, suscitant la crainte de futures réductions de la sécurité sociale et de Medicare, dont dépendent tant de citoyens.

Malgré l'opposition farouche de la majorité des économistes, l'économie de l'offre reste inexplicablement influente, au cœur de la gestion de la plus grande économie du monde. Et n'oublions pas que le soutien de Trump n'est pas une opinion marginale ; c'est la colle qui maintient les républicains ensemble. Le parti qui, historiquement, s'est enorgueilli de son empirisme semble maintenant aveugle aux preuves. Rappelez-vous, faire la même chose encore et encore et s'attendre à un résultat différent est considéré comme un signe de folie. D'où la question suivante : qu'est-ce qui a changé, selon eux ? La réponse n'étant pas claire, la vie charmante de l'offre continue.