Economics Terms A-Z - Les termes les plus importants en économie.

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Economics Terms A-Z

La politique fiscale

Les autorités gouvernementales utilisent les impôts ou les dépenses publiques pour contrôler et stabiliser l'activité économique d'un pays, c'est ce qu'on appelle la politique fiscale. Le gouvernement dispose de différents instruments pour influencer l'activité économique d'un pays s'il estime que cela peut être nécessaire. Par exemple, pendant les récessions ou en période de crise économique, la production est faible et les taux de chômage sont élevés. Pour stimuler la croissance économique, le gouvernement peut recourir à des réductions d'impôts ou à une augmentation des dépenses publiques. Ce type de mesures est connu sous le nom de politique budgétaire expansionniste.

Voyons d'abord comment une augmentation des dépenses publiques peut accélérer la croissance économique. Une partie de la demande globale dans une économie provient directement de l'argent dépensé par le gouvernement. À l'instar des ménages et des entreprises privées, les gouvernements achètent eux-mêmes des biens et des services, par exemple lorsqu'ils construisent des routes, des bâtiments ou d'autres infrastructures ou lorsqu'ils embauchent de nouveaux employés ou travailleurs pour effectuer différents services. Une augmentation des dépenses publiques - en supposant que l'argent soit dépensé pour des biens et services produits nationalement - se traduit par une augmentation directe de la demande de biens et services produits nationalement. Les entreprises vont augmenter leur production et embaucher des travailleurs supplémentaires pour répondre à la demande. Ainsi, une augmentation des dépenses publiques entraîne une augmentation de la production (PIB) et une diminution du chômage.

Une question importante est de savoir de combien la production augmentera si le gouvernement décide de dépenser un million d'euros supplémentaire. Tout d'abord, il est évident que la production globale augmentera du même montant, mais cela ne s’arrête pas là. La production augmentera d'un montant supérieur à l'augmentation initiale des dépenses publiques, car l'augmentation du revenu générée par le stimulus initial augmentera encore la demande. Pourquoi en est-il ainsi ? Les entreprises vendront davantage en raison de l'augmentation de la demande et réaliseront des revenus plus élevés. Elles conservent une partie de ces revenus sous forme de bénéfices et une autre partie est utilisée pour payer leurs travailleurs. Par conséquent, les revenus des travailleurs et des entrepreneurs augmentent. En outre, certains travailleurs qui étaient auparavant au chômage ont désormais un emploi et un revenu et peuvent donc acheter davantage de biens et de services. Cela augmente à nouveau les revenus dans certains secteurs et donc la demande globale. Cet effet est également connu sous le nom d'effet multiplicateur. L'ampleur de l'effet multiplicateur dépend essentiellement de la propension marginale à consommer (PMC) des ménages, c'est-à-dire de la fraction du revenu que les ménages consomment et n'épargnent pas. Si vous dépensez 80 % de chaque € que vous gagnez, tandis que les 20 % restants sont déposés sur votre compte bancaire et épargnés pour plus tard, votre propension marginale à consommer est égale à 0,8 et votre propension marginale à épargner est égale à 0,2. Dans un monde simpliste (sans impôts sur le revenu ni importations), une augmentation de 1 million des dépenses publiques fera augmenter le PIB, où Variation du PIB = Variation des dépenses publiques * multiplicateur = 1 000 000 \(\frac{1}{1-mpc}\). Le terme \(\frac{1}{1-mpc}\) est le multiplicateur. Si les ménages consomment 80 % de leur revenu, le multiplicateur sera égal à 5 (\(\frac{1}{1-0,8}\)). En clair, plus la propension marginale à consommer est élevée, plus l'effet multiplicateur sera important. Si, par exemple, les ménages ne consomment que 50% de chaque € qu'ils gagnent, le multiplicateur sera égal à 2.

Ainsi, d'une part, une augmentation des dépenses publiques fera augmenter le PIB d'un montant supérieur à l'augmentation initiale des dépenses en raison de l'effet multiplicateur. D'autre part, cependant, une augmentation des dépenses publiques peut provoquer un effet d'éviction qui entravera la croissance. L'effet d'éviction décrit le phénomène suivant : pour financer l'augmentation des dépenses publiques, le gouvernement doit emprunter des fonds. Cette augmentation de la demande de fonds prêtables entraîne une hausse du prix de l'argent, c'est-à-dire du taux d'intérêt. À un taux d'intérêt plus élevé, il sera moins intéressant d'emprunter de l'argent et plus intéressant d'en prêter. Les entreprises et les ménages disposant d'une épargne préféreront prêter l'argent au lieu de le dépenser ou de l'investir. Ceux qui n'ont pas d'épargne ne pourront ou ne voudront pas emprunter de l'argent à ce taux d'intérêt élevé. Si les ménages et les entreprises empruntent moins d'argent, ils ne peuvent pas investir dans de nouvelles structures, de nouveaux bâtiments ou de nouvelles machines. Ainsi, l'investissement public déplace (ou évince) l'investissement privé.

Les réductions d'impôts constituent un autre instrument de la politique budgétaire. Les réductions d'impôts peuvent stimuler la consommation privée si la réduction d'impôts entraîne une augmentation directe du revenu disponible des ménages. Les ménages gagnent un revenu, dont ils versent une partie au gouvernement sous forme d'impôts. Le revenu restant est appelé revenu disponible et est réparti entre la consommation et l'épargne. Par conséquent, une baisse des impôts augmente le revenu disponible des ménages privés. Une partie de ce revenu supplémentaire, les ménages vont le dépenser en biens et services. Cette augmentation de la demande ne peut être satisfaite que si les entreprises augmentent leur production et, pour ce faire, elles devront embaucher davantage de travailleurs. Ainsi, la production augmente et le chômage diminue. Un autre canal par lequel les réductions d'impôts peuvent stimuler la croissance économique est l'impact des réductions d'impôts sur l'activité d'investissement des entreprises. Les réductions d'impôts peuvent stimuler l'investissement et une augmentation de l'investissement entraîne une augmentation de la demande de biens et de services. Par conséquent, la production augmente et le chômage diminue.

Maintenant, vous vous demandez peut-être quels sont les inconvénients des politiques fiscales que nous venons de décrire. Le principal problème est l'augmentation de la dette publique. Une augmentation des dépenses publiques sans augmentation des impôts augmentera le déficit budgétaire et, par analogie, il en sera de même pour les réductions d'impôts qui ne s'accompagnent pas d'une diminution des dépenses. Les niveaux élevés de la dette sont problématiques pour diverses raisons. Entre autres, des niveaux élevés de dette entraîneront des paiements d'intérêts élevés ou pourraient provoquer l'effet d'éviction que nous avons mentionné plus haut. En outre, les effets des réductions d'impôts ou d'une augmentation des dépenses publiques dépendent fortement du type de réduction d'impôts ou de dépenses publiques. Par exemple, l'effet d'une réduction de l'impôt sur le revenu ne sera pas le même que celui d'une réduction de la taxe sur la valeur ajoutée. De même, les dépenses publiques peuvent profiter à certains secteurs plus qu'à d'autres et le type de dépenses détermine l'effet global sur l'économie.   

En savoir plus

Pour les décideurs politiques, il est important d'avoir une idée des types de politiques fiscales qui fonctionnent le mieux. Par conséquent, les économistes empiriques ont consacré beaucoup d'efforts à l'analyse et à la quantification des effets des différents types de politiques fiscales sur la croissance et l'emploi. Kneller, Bleaney et Gemmell, par exemple, ont étudié la politique fiscale dans un panel de 22 pays de l'OCDE pour les années 1970 à 1995. Les auteurs ont constaté dans "Fiscal policy and growth : evidence from OECD countries" (Journal of Public Economics, 1999) que les dépenses publiques ne favorisent la croissance que si elles sont productives, les dépenses publiques productives étant définies comme la somme des dépenses consacrées à l'éducation, à la santé, à la défense, au logement, aux affaires économiques et aux services publics généraux. Les dépenses publiques non productives, sous forme de dépenses de sécurité sociale ou de loisirs, ont tendance à entraver la croissance économique.

Bon à savoir

Au cours de la pandémie COVID-19, de nombreux pays ont réagi par des mesures de confinement sévères afin d'arrêter l'expansion du virus, ce qui a eu de graves conséquences économiques telles que la hausse du chômage et la baisse de la production. Les mesures visant à empêcher la propagation de la COVID-19 diffèrent d'un pays à l'autre, tout comme les politiques publiques destinées à protéger l'économie. Le Fonds Monétaire International (FMI) met à disposition sur son site web un tracker des politiques avec des informations sur les principales réponses économiques que les gouvernements prennent pour limiter l'impact économique de la pandémie COVID-19. Dans ce tracker, qui comprend 196 pays, vous pouvez comparer les politiques fiscales adoptées par les différents pays en réponse à la crise.