Economics Terms A-Z - Les termes les plus importants en économie.

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Economics Terms A-Z

L’optimum de Pareto

L’optimum de Pareto, du nom de l'économiste italien Vilfredo Pareto (1848-1923), est un important concept d'efficacité en économie utilisé pour évaluer ou comparer différentes allocations de ressources. Une allocation de ressources est efficace selon Pareto si elle ne peut être modifiée pour augmenter le bien-être d'un individu sans diminuer celui d'un autre. S'il est possible de réaffecter des ressources et d'améliorer le bien-être d'une personne sans nuire à une autre, cette réaffectation constitue une amélioration de l'efficacité et, par conséquent, l'affectation initiale n'était pas efficace au sens de Pareto.

Nous faisons parfois la distinction entre l'optimum de Pareto dans l'allocation des ressources et l'optimum de Pareto dans la production de biens et de services. Ces concepts sont très similaires. L'optimum de Pareto dans la consommation (c'est-à-dire dans l'allocation des ressources) signifie que personne ne peut être plus riche sans que quelqu'un d'autre soit moins riche. L'optimum de Pareto dans la production implique que nous ne pouvons pas augmenter la production d'un bien (ou d'un service) sans diminuer la production d'un autre bien ou service.

Prenons un exemple pour mieux comprendre ce qu'est une allocation efficace de Pareto : supposons que vous vous promeniez avec un ami le long d'une plage lorsque vous découvrez soudain deux magnifiques coquillages posés sur la plage. Vous décidez de les ramasser, d'en garder un pour vous et de donner l'autre à votre ami afin que chacun d'entre vous ait un coquillage. Cette répartition est-elle efficace au sens de Pareto ? Pour répondre à cette question, voyons si nous pouvons réaffecter les ressources de manière à améliorer le bien-être de l'un d'entre vous sans nuire à l'autre. Si nous voulons augmenter votre bien-être, nous devons vous donner le coquillage de votre ami. Mais cela signifie que nous devons lui retirer son coquillage et que son bien-être diminuera. Retirer le coquillage de vos amis n'est pas une amélioration de Pareto. De même, ce n'est pas une amélioration de Pareto si nous prenons votre coquillage pour le donner à votre ami. Étant donné que nous ne pouvons pas réaffecter les ressources (dans cet exemple, les coquillages) sans que quelqu'un se trouve dans une situation plus défavorable, seule la répartition initiale était efficace au sens de Pareto.

Et si, au lieu de ramasser les deux coquillages, vous n'en ramassiez qu'un seul et laissiez l'autre sur la plage ? Cette solution est-elle efficace selon Pareto ? Pour simplifier, supposons que personne d'autre ne vienne ramasser le coquillage et qu'aucun être vivant n’en ait l’utilité. Pouvons-nous réaffecter les ressources et améliorer l'efficacité ? Dans ce cas, la réponse est clairement oui. Si, au lieu de laisser le coquillage sur la plage, vous le ramassez et le donnez à votre ami, son bien-être augmentera sans réduire celui des autres. Cela signifie que la répartition initiale n'était pas efficace au sens de Pareto.

L’optimum de Pareto ne nous dit rien sur l'égalité de la distribution des ressources. Par exemple, supposons que toute la richesse d'un pays, tout ce qu'il possède et produit, soit donnée à une seule personne (cette personne est donc incroyablement riche), tandis que tous les autres citoyens n'obtiennent rien. Cette répartition des ressources est-elle efficace au sens de Pareto ? Oui, elle l'est. Pourquoi ? Pour s'en convaincre, il faut se demander s'il est possible de réaffecter les ressources de manière à accroître le bien-être de l'un des individus pauvres. Est-ce possible sans nuire à la personne riche ? Évidemment non. Si nous voulons donner quelque chose aux pauvres, nous devons le prendre aux riches. En d'autres termes, pour augmenter le bien-être d'un individu pauvre, nous devons le réaffecter à partir de la personne riche, ce qui signifie que la distribution initiale était efficace au sens de Pareto. Pour en revenir à notre exemple de coquillage, une répartition dans laquelle vous décidez de garder les deux coquillages que vous avez trouvés est également efficace au sens de Pareto.

L'analogie d'un gâteau est parfois utilisée pour expliquer la différence entre l'égalité et l'efficacité. La taille du gâteau est ce qui peut être mesuré par l'efficacité. Si nous pouvons augmenter la taille du gâteau et que les gens peuvent avoir plus de gâteau, il s'agit clairement d'une amélioration de l'efficacité. Cependant, la taille du gâteau ne nous dit rien sur la façon dont il est distribué. Il est difficile de décider qui doit recevoir quoi, car cela implique généralement un jugement sur ce qui est équitable ou juste. Quelle serait la manière équitable de partager le gâteau ? Chacun devrait-il recevoir un morceau de taille égale ? La personne qui a fait le gâteau devrait-elle recevoir une plus grosse part ? Devrait-on donner à une personne plus petite une plus petite part ? Comme vous pouvez le constater, de nombreuses considérations doivent être prises en compte pour décider de la manière de distribuer le gâteau et, en demandant à trois personnes différentes, vous risquez d'obtenir trois avis différents. Pourtant, si quelqu'un propose une nouvelle technologie permettant de transformer la même quantité d'ingrédients en un gâteau plus grand et tout aussi savoureux, personne ne s'y opposera. Comme vous pouvez le constater, l'optimum de Pareto est un concept bien moins controversé que l'égalité. Ce qui semble équitable ou juste à une personne ne l'est pas nécessairement à une autre. Pour ces raisons, les économistes concentrent généralement leurs analyses sur l'efficacité. 

En savoir plus

Dans l'exemple du coquillage utilisé ci-dessus, nous avons dit qu'une répartition dans laquelle vous gardez les deux coquillages et votre ami n'en a aucun est efficace au sens de Pareto. La question est de savoir ce qui se passe si votre ami devient jaloux du fait que vous avez deux coquillages alors qu'il n'en a aucun. Beckman, Formby, Smith et Zheng ("Envy, malice and Pareto efficiency : An experimental examination", Social choice and welfare, 2000) ont utilisé une approche expérimentale pour analyser le rôle que l'envie et la malice jouent dans les décisions économiques. Les auteurs ont constaté que l'envie et la malice sont des motivations fortes qui peuvent conduire à un soutien réduit des résultats efficaces au sens de Pareto.

Bon à savoir

Que dirait Pareto de Robin des Bois, qui volait les riches pour les donner aux pauvres ? Il désapprouverait clairement une telle réaffectation des ressources fondée sur des considérations d'efficacité. Pour augmenter le bien-être des pauvres, Robin des Bois est prêt à diminuer le bien-être des riches, ce qui signifie que la réallocation n'est pas une amélioration de Pareto. Bien entendu, Robin des Bois n'utiliserait probablement pas l'efficacité comme argument pour justifier ses actes.