Economics Terms A-Z - Les termes les plus importants en économie.

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Economics Terms A-Z

La politique monétaire

La politique monétaire désigne l'ensemble des politiques que les autorités monétaires, telles que les banques centrales, utilisent pour contrôler la masse monétaire d'un pays et ainsi l'activité économique. Selon la théorie économique, les changements de la masse monétaire disponible - c'est-à-dire la quantité d'argent (en espèces et déposée sur les comptes bancaires) dont dispose les banques centrales et qui peut être utilisée pour des transactions économiques - affectent l'investissement et par conséquent la croissance économique. Une augmentation de la masse monétaire favorise l'investissement et les dépenses, ce qui entraîne une hausse de la production et une baisse du chômage, tout en augmentant l'inflation. À l’inverse, une diminution de la masse monétaire freine les investissements et les dépenses, ce qui entraîne une baisse de la production et une hausse du chômage, tout en baissant l'inflation.

Comment la banque centrale contrôle-t-elle la masse monétaire ? Les banques centrales disposent de différents instruments pour contrôler la masse monétaire d'un pays : le taux d'escompte, les opérations d'open market et les réserves obligatoires. Le taux d'escompte représente le taux d'intérêt auquel les banques commerciales peuvent contracter un prêt auprès de la banque centrale. Si le taux d'escompte est bas, il est intéressant d'emprunter de l'argent à la banque centrale, car les intérêts sont faibles, ce qui entraîne donc une augmentation  de la demande de prêts. L'argent emprunté par les banques commerciales à la banque centrale est à son tour mis à la disposition des ménages privés et des entreprises (sous forme de prêts) qui utilisent cet argent pour consommer des biens ou des services. Dans le même temps, un taux d'intérêt faible rend l'épargne moins attrayante pour les ménages qui risquent donc de consommer une part plus importante de leur revenu et d'épargner moins. Par conséquent, en abaissant le taux d'escompte, la banque centrale peut augmenter la masse monétaire. De même, un taux d'intérêt plus élevé rend l'emprunt moins intéressant ainsi les banques commerciales emprunteront moins d'argent à la banque centrale et, par conséquent, il y aura moins d'argent disponible pour les prêts aux ménages et aux entreprises. En conclusion, si la banque centrale veut diminuer la masse monétaire, elle peut augmenter le taux d'escompte.

Les opérations d'open market constituent un autre instrument de contrôle de la masse monétaire. Les opérations d'open market font référence à l'achat ou à la vente d'obligations d'État par la banque centrale. Si la banque centrale décide d'acheter des obligations d'État détenues par des ménages privés, des entreprises ou des banques commerciales, cela augmente la quantité d'argent qui circule dans l'économie. À l’inverse, en vendant des obligations d'État, la banque centrale échange une partie des obligations d'État qu'elle détient contre de l'argent détenu par les ménages, les entreprises et les banques commerciales et réduit ainsi la quantité d'argent qui circule dans l'économie.

En théorie, la banque centrale dispose d'un troisième instrument pour contrôler la masse monétaire : les réserves obligatoires. Pour chaque euro/dollar/livre déposé sur un compte bancaire, la banque peut prêter une partie du dépôt à des tiers et se doit de conserver une autre partie dans ses coffres comme réserve. La réserve obligatoire est une partie de chaque dépôt que la banque est légalement tenue de conserver comme réserve, c'est-à-dire qu'elle n'est pas autorisée à la prêter. Les réserves obligatoires sont fixées par les banques centrales. En augmentant les réserves obligatoires, la banque centrale réduit ainsi la masse monétaire, car les banques commerciales ont moins d'argent à distribuer sous forme de prêt. Si la banque centrale souhaite augmenter la masse monétaire, elle peut diminuer les réserves obligatoires. Si les modifications du taux d'escompte et les opérations d'open market sont couramment utilisées pour modifier la masse monétaire, les modifications des réserves obligatoires sont rares dans la pratique.

Passons maintenant aux politiques monétaires expansionnistes (ainsi appelé politique budgétaire) ou restrictives. Selon que la banque centrale augmente ou diminue la masse monétaire, on dit qu'elle emploie une politique monétaire expansionniste ou restrictive. La politique monétaire expansionniste décrit les politiques monétaires qui conduisent à une augmentation de la masse monétaire, tels que la diminution du taux d'escompte ou l'achat par la banque centrale d'obligations d'État par le biais d'opérations d'open market. Selon la théorie économique, les politiques monétaires expansionnistes stimulent les investissements et les dépense, entraînant une augmentation de la production. Cela diminue également le taux de chômage et stimule la consommation. Par conséquent, les politiques expansionnistes sont jugées appropriées pour stimuler la croissance pendant les récessions lorsque le chômage est élevé et la production faible.

L'un des problèmes qui accompagnent les politiques monétaires expansionnistes est l'augmentation du niveau des prix. En d'autres termes, une augmentation de la masse monétaire entraînera une hausse des taux d'inflation. Les économistes s'accordent généralement à dire qu'une croissance économique stable est optimale lorsque les taux d'inflation sont faibles, modérés et réguliers. Une inflation élevée est problématique, car la valeur de l'argent diminue et les consommateurs peuvent préférer conserver leur richesse sous forme de biens plutôt que d'argent. Dans des cas extrêmes, une inflation très élevée peut amener les consommateurs à thésauriser certains biens, ce qui peut créer des pénuries. L'investissement et l'épargne sont découragés, ralentissant également la croissance économique. En cas d'inflation élevée, des politiques monétaires restrictives peuvent être menées pour réduire l'inflation et stabiliser l'économie. Les politiques monétaires restrictives sont des politiques qui diminuent la masse monétaire via l'augmentation des taux d'intérêt ou la vente d'obligations d'État par le biais d'opérations d'open market par la banque centrale. Un taux d'intérêt plus élevé rend l'épargne plus attrayante que la dépense et diminue donc la demande de prêts parce que les emprunts deviennent plus onéreux. Par conséquent, l'investissement et la consommation diminuent, tout comme la production. La baisse de la production entraîne à son tour une hausse du chômage, ce qui peut encore freiner la consommation et le niveau des prix diminue.

En savoir plus

L'objectif principal des politiques monétaires est d'assurer une croissance économique régulière à long terme et de stabiliser l'économie en période de crise. De nombreux économistes ont étudié les réactions des gouvernements pendant les crises financières afin d'évaluer les effets des politiques monétaires sur la production, l'inflation et le chômage. Jannsen et. al, démontrent dans leur article "Monetary policy during financial crises: Is the transmission mechanism impaired?" (International Journal of Central Banking, 2019) que les effets de la politique monétaire sur la production et l'inflation dépendent du moment de leur mise en œuvre, et ont des effets plus importants lors de crises financières. Les auteurs ont constaté que la date de mise en œuvre et l'ampleur des politiques monétaires prises pendant la crise financière de 2008/09 contribuent à expliquer les divergences dans les performances macroéconomiques des différents pays après la crise.

Bon à savoir

Au cours de la pandémie de COVID-19, de nombreux pays ont réagi par des mesures de confinement sévères afin d'arrêter la propagation du virus qui, dans le même temps, ont de graves conséquences économiques telles que la hausse du chômage et la baisse de la production. Les mesures visant à empêcher la propagation de la COVID-19 diffèrent d'un pays à l'autre, tout comme les politiques publiques destinées à protéger l'économie. Le Fonds Monétaire International (FMI) met à disposition sur son site web un outil de traçage des différentes réponses économiques et politiques que les gouvernements ont mené pour limiter l'impact économique de la pandémie de COVID-19. Grâce cet outil, qui comprend 196 pays, vous pouvez consulter les politiques monétaires adoptées par les différents pays en réponse à la crise.