Qu'est-ce qui fait la réussite d'un économiste?

Tout ce qu’il faut savoir

Qu'est-ce qui fait la réussite d'un économiste?

Read a summary or generate practice questions using the INOMICS AI tool

"Le maître-économiste doit posséder une rare combinaison de talents. Il doit atteindre un niveau élevé dans plusieurs directions différentes et doit combiner des aptitudes qui ne sont pas souvent réunies. Il doit être mathématicien, historien, homme d'État, philosophe... Il doit étudier le présent à la lumière du passé en vue de l'avenir. Aucune partie de la nature de l'homme ou de ses institutions ne doit lui échapper. Il doit être à la fois déterminé et désintéressé ; aussi distant et incorruptible qu'un artiste, mais parfois aussi proche de la terre qu'un homme politique."

- John Maynard Keynes

Cette citation du célèbre économiste Keynes soulève un certain nombre de questions qui nous aident à répondre à la question de savoir comment réussir en tant qu'économiste. En lisant cette citation, un étudiant en économie peut se demander : à l'ère moderne, quelles sont les compétences nécessaires à posséder pour devenir un économiste "à succès" ?

La réponse est, bien sûr, extrêmement subjective. Elle peut également évoluer en fonction de l'évolution des objectifs de carrière de chacun. Nous identifierons ici quelques-uns des vieux incontournables, ainsi que certaines des nouvelles compétences que les économistes devraient acquérir à l'ère du changement climatique, de la mondialisation et de l'IA.

Avant de commencer : le besoin d'économistes

L'époque actuelle est particulière, probablement l'une des plus passionnantes et des plus stimulantes que l'on ait jamais connues dans ce domaine. De nombreux modèles économiques et présomptions du passé se révèlent continuellement dépassés et nécessitent des améliorations théoriques. Cela a beaucoup à voir avec les nouveaux défis auxquels notre génération est confrontée. Qu'il s'agisse de faire face à la détérioration du climat, aux changements démographiques, à la montée de l'IA et de l'automatisation, à l'inégalité des richesses, ou même à l’intégration d’un réalisme élémentaire dans les manuels scolaires, il y a de la place pour des modèles économiques de plus en plus avancés, capables de rendre compte avec plus de précision des complexités de la vie réelle.

Mais au-delà de la nécessité d'améliorer les modèles économiques, il y a un besoin sociétal et politique. L'orthodoxie néolibérale en difficulté s'est trouvée mal équipée pour faire face à bon nombre de ces nouveaux défis, dont certains résultent de notre incapacité à réglementer nos propres activités. Pour reprendre les mots de l'économiste Howard Reed, "tant que nous n'aurons pas abandonné le vieux manuel, nous ne pourrons jamais relever les défis du monde moderne".

Statue of US President Ronald Reagan, a prominent neoliberal advocate.


Image credit: Pixabay.

Jusqu'à présent, rien n'indique que cela se produira bientôt ; comme le rédacteur en chef de Prospect, Tom Clark, l'a fait remarquer à propos de la plupart des gouvernements occidentaux, "des cadres dépassés continuent d'influencer les prescriptions politiques". En fait, la recherche de solutions alternatives peut expliquer en partie la résurgence des sentiments nationalistes et même fascistes dans les démocraties ces derniers temps - mais ces systèmes ont déjà été essayés et ne contiennent certainement pas les réponses dont la société a besoin.

C'est donc à la prochaine génération d'économistes qu'il incombe de combler ce déficit d'idées. Optimistes, ouverts d'esprit et déterminés à rendre le monde plus vivable pour tous, c'est à eux qu'il incombe de faire preuve de perspicacité, d'innovation et d'intendance politique pour guider notre avenir.

Vous pensez avoir ce qu'il faut pour répondre à l'appel ? Poursuivez votre lecture.

Ce qu'il faut : les bases (quantitatives)

IIl n'est donc pas surprenant qu'une bonne connaissance des mathématiques et des statistiques soit essentielle pour tout économiste débutant. Des compétences dans ces domaines lui permettront d'analyser des données à l'aide de techniques économétriques telles que l'analyse de régression, une compétence nécessaire pour presque toutes les carrières en économie.

Au-delà des compétences quantitatives de base, une bonne connaissance de la science des données aidera les économistes à s'orienter dans les logiciels économiques populaires comme Matlab, R, Python et STATA. Les variantes de ces logiciels deviendront, par la force des choses, vos futurs amis ; il est probablement préférable de faire leur connaissance le plus tôt possible. En fait, l'ensemble de la discipline de la science des données se recoupe de plus en plus avec l'économie. Cela ne fera que s'accentuer au fil du temps, à mesure que les outils d'IA continueront à se répandre dans l'économie. À ce titre, une bonne connaissance de l'informatique, de la science des données et de la programmation ne peut que vous être utile.

Certains jeunes diplômés en économie ne sont peut-être pas encore à l'aise avec la manipulation de grands ensembles de données numériques, l'utilisation de logiciels statistiques ou l'élaboration de modèles économiques à toute épreuve pour interpréter les données. Il est facile de suivre des cours uniquement dans sa spécialité ou ses centres d'intérêt au cours d'un master en économie, par exemple, et d'avoir oublié les cours d'introduction plus axés sur les chiffres.

Si vous vous trouvez dans cette situation, n'ayez crainte. Envisagez de vous inscrire à des formations professionnelles et/ou à des cours d'été pour combler vos lacunes, ce qui améliorera non seulement vos perspectives de carrière, mais vous aidera à devenir un économiste encore plus compétent et plus complet. Ce n'est jamais une mauvaise idée d'explorer de telles options pour rester au top de votre forme.

Quoi qu'il en soit, pour analyser les données économiques, apprendre et fournir des informations puissantes susceptibles de changer le monde, il est essentiel de maîtriser les éléments quantitatifs du secteur.

Connaissances interdisciplinaires

Les économistes doivent non seulement maîtriser les mathématiques et les données, mais aussi être curieux, indépendants, capables de raisonner sainement et d'avoir l'humilité d'admettre que les données ont prouvé que leur propre théorie était erronée. Ces qualités sont excellentes pour un économiste, car elles lui permettent de découvrir de nouvelles vérités avec un minimum de préjugés. De grands progrès en économie ont été réalisés en examinant sans passion les raisons pour lesquelles les choses sont ce qu'elles sont et en utilisant les modèles qui en résultent pour aider à prescrire comment elles peuvent être améliorées.

Les économistes ont également tendance à grandement profiter de leur capacité à "sortir des sentiers battus", en allant parfois au-delà des paramètres stricts de l'économie pour trouver des outils et des réponses. C'est là que la familiarité avec d'autres sciences sociales devient essentielle. L'apprentissage d'autres disciplines, en particulier celles qui sont liées à l'économie d'une manière ou d'une autre, peut aider un économiste à faire des découvertes.

De toute évidence, les économistes modernes (et la théorie économique elle-même) ont tout à gagner à adopter une approche interdisciplinaire de la recherche. Olivier Blanchard, notre interviewé du Guide 2024, a cité ce type de créativité comme une qualité importante dont les jeunes économistes doivent faire preuve pour exceller.

Compétences en matière de communication

Une autre compétence essentielle est la communication, sous une forme claire et concise, tant à l'oral qu'à l'écrit. Les complexités de l'économie peuvent facilement échapper aux parties prenantes importantes telles que les clients, les politiciens, les électeurs et les membres de la communauté qui, rappelons-le, ne possèdent pas de diplômes supérieurs en économie. C'est important ; le fait que les processus économiques sous-tendent une grande partie de la politique gouvernementale signifie qu'il est impératif que les décideurs et, en fin de compte, le public soient au courant des questions économiques, des politiques prospectives et autres.

Mais tout le monde ne peut pas faire des études d'économie. Par conséquent, un grand économiste sera capable de transmettre des théories économiques compliquées, étayées par des données, dans un langage compréhensible et accessible. Il s'agit là d'une véritable compétence, dont l'absence dans le discours public peut s'avérer très préjudiciable. Peu de gens soutiendraient, par exemple, que l'ensemble de l'électorat britannique disposait de tous les faits pertinents au moment de délibérer sur le retrait de l'Union européenne.

En outre, les politiciens et les médias du monde entier se méprennent souvent sur les nuances de l'économie. Lord Thomas Macauley a déclaré un jour, à titre d'exemple : "Le libre-échange, l'une des plus grandes bénédictions qu'un gouvernement puisse conférer à un peuple, est impopulaire dans presque tous les pays". Les avantages de l'avantage comparatif ont été bien documentés, mais de nombreux électeurs du monde entier se rallient à l'appel des politiques protectionnistes, sans se rendre compte que ces politiques augmenteront en fin de compte le coût des biens qu'ils achètent tous les jours.

Image credit: Freepik.de

Cet exemple illustre l'importance d'une communication économique claire. Mais bien sûr, les économistes en contact avec le public ne sont pas les seuls à devoir maîtriser les techniques de communication. Les entreprises clientes et les autres parties prenantes doivent également recevoir des faits et des recommandations économiques en termes compréhensibles, afin qu'elles puissent prendre des décisions en toute connaissance de cause.

Sachez que l'histoire alimente l'amélioration continue de l'économie

L'une des nombreuses raisons pour lesquelles les économistes ont été critiqués pour leur incapacité à prédire le krach économique de 2008 est qu'il a mis en évidence certaines hypothèses irréalistes sur lesquelles les économistes avaient pris l'habitude de s'appuyer. Il s'agit notamment d'analyser la prise de décision des individus comme si chacun était parfaitement rationnel à tout moment.

L'orthodoxie économique d'avant 2008 supposait souvent que les gens suivaient un processus de pensée très rationnel lorsqu'ils étaient confrontés à une décision. Tout d'abord, il faut annoncer tous les résultats possibles de toutes les options, attribuer une valeur à chacune d'entre elles et évaluer le risque potentiel. Ensuite, il faut effectuer une analyse complète basée sur les rendements attendus de chaque option et choisir la décision optimale. Ce processus est-il rationnel ? Certainement. Réaliste ? Eh bien...

Manifestement, cette pensée purement rationnelle était absente dans la période précédant 2008, lorsque les banques ont commencé à regrouper les prêts subprimes et à les vendre comme des titres financiers surévalués. La sous-estimation systématique du risque, alimentée par l'aléa moral, a représenté un pari qui a coûté cher au monde.

C'est en partie en réponse à de telles tragédies que l'économie, depuis sa création, a accepté les critiques de ses modèles et de ses échecs, et les a utilisées pour créer des modèles plus robustes et plus réalistes de l'économie. Un exemple majeur est l'avènement de l'économie comportementale, qui s'interroge de plus en plus sur la façon dont les gens se comportent face à la prise de décision et aux risques d'une manière qui n'est pas nécessairement optimale. Elle intègre des facteurs psychologiques, culturels, sociaux et émotionnels dans ses théories et constitue un excellent exemple de la manière dont l'économie peut bénéficier d'autres sciences sociales.

Appel à tous les futurs économistes

En résumé, et bien qu'il n'y ait pas de règle absolue, les grands économistes possèdent généralement des compétences en statistiques et en mathématiques qui leur permettent de travailler avec des données et d'en tirer des enseignements utiles. Ils sont souvent spécialisés dans un ou deux domaines, mais bénéficient largement d'une compréhension des autres. Ils sont capables d'émerger des profondeurs de l'analyse et de communiquer la signification de haut niveau à d'autres parties prenantes importantes qui n'ont pas la même formation. Enfin, les meilleurs d'entre eux possèdent la volonté et la motivation de faire ce qu'il faut, de faire progresser la théorie et de rendre le monde meilleur.

Aujourd'hui plus que jamais, les économistes sont particulièrement bien placés pour aider le monde à comprendre et à naviguer dans l'avenir potentiellement tumultueux que représentent des défis tels que le changement climatique et la croissance explosive des outils d'intelligence artificielle. Peut-être pourrez-vous répondre à l'appel et devenir un économiste qui nous guidera tous vers la prospérité?

L'article ci-dessus comprend de petites sections qui ont initialement été écrites par William Pearse.

  • Check out the online courses on INOMICS Academy!
  • 365 Data Science - Start Learning Data Science

INOMICS AI Tools

The INOMICS AI can generate an article summary or practice questions related to the content of this article.
Try it now!

An error occured

Please try again later.

3 Practical questions, generated by our AI model